Extrait

Extrait des morsures de l'âme 2

Voilà un extrait des morsures de l'âme 2 !

 

Les pompiers avaient passé la majeure partie de la nuit, à tenter d’éteindre le feu. Une camionnette dont la couleur était presque rouillée par l’incendie, venait de s’encastrer dans un fossé, embrasant le petit bois dans la foulée. La police avait fait évacuer plus d’une vingtaine de maisons, craignant pour la sécurité de ses occupants. Face à ce brasier qui venait enfin d’être stoppé, le shérif et ses hommes réussirent à remonter le véhicule à l’aide d’une grue.

Comme le soleil commençait à peine à se lever, chaque homme étaient munis d’une lampe de poche, ratissant la zone avec attention. Bobby se pencha légèrement sur la camionnette entièrement calcinée. Les sièges étaient vides.

- On a rien trouvé dans la zone, remarqua son collègue, surpris.

Sans prononcer un mot, le jeune shérif échappa un soupir contrarié et fit le tour du van dont une certaine vapeur s’échappait de la tôle. Muni d’une paire de gants, il eut beaucoup de mal à ouvrir les deux portes qui grincèrent bruyamment. Une odeur insupportable vint agresser ses narines alors que son adjoint, un mouchoir devant son nez, éclairait l’intérieur.

- Seigneur ! Balbutia celui-ci, pris d’une soudaine nausée.

Il eut juste le temps de reculer d’un pas pour vomir ses tripes. L’odeur de chair calcinée commençait à envelopper l’atmosphère. Bobby ne prêtait plus attention à son collègue et balaya le fourgon avec sa torche. Ce qui ressemblait à deux corps gisait au fond de la camionnette. Leurs vêtements étaient pratiquement fondus dans leur chair. Il était impossible d’apercevoir leurs bras mais le jeune shérif ne put réprimer une moue de dégoût en remarquant les jambes et la mâchoire crispées des deux personnes. Il posa une main sur son nez pour atténuer l’odeur nauséabonde puis se tourna vers son collègue.

- Appelle le médecin légiste ! Ordonna-t-il, en tentant de refermer les portes du van avec une main, et dis aux autres de sécuriser la zone.

Certains habitants regardaient la scène, échangeant des commentaires entre eux, qui fusaient comme des murmures dans l’atmosphère morbide. Bobby fit un rapide tour d’horizon d’un air inquiet.

- Vire-moi ces gens ! Décréta-t-il, je ne veux plus personne dans un périmètre d’un kilomètre jusqu’à ce que les légistes aient tout dégagé.

- Mais…la plupart de ces gens vivent dans les maisons plus bas, s’étonna Paul, on ne peut pas…

- Juste une heure ! Coupa sèchement le jeune shérif à bout de nerf, le temps qu’on puisse ratisser la zone sans curieux.

Son collègue ne broncha pas et fonça donner les ordres aux autres. Epuisé, Bobby rumina entre ses dents quand son portable se mit à vibrer dans la poche. Le cadran affichait le nom de sa fiancée. Le jeune homme ferma les yeux un court instant, repensant à cette douce soirée interrompue.

- Joanna ! Fit-il plus calmement, je suis vraiment désolé. Ca a pris plus de temps que je ne le pensai.

- Je me suis inquiétée, avoua sa jeune amie, que ce passe-t-il ?

- Et bien, c’est bien plus grave qu’un simple accident de la route comme le supposait Paul, expliqua le policier, et je crains de ne pas pouvoir rentrer maintenant.

Il entendit un léger soupir au bout du téléphone.

- Je tenais vraiment à fêter dignement nos un an, avoua-t-il sans cacher sa déception.

- Je sais ! Je ne peux pas t’en vouloir, tu fais ton travail et je devrais m’y habituer, n’est ce pas ? Après tout, je vais bientôt épouser un policier.

Un petit sourire vint éclaircir le visage éreinté du jeune homme. Il pouvait déceler une pointe d’humour mêlée d’exaspération dans la voix de sa compagne.

- Je veux que tu me promettes de bien faire attention à toi, mon amour ! Continua Joanna, je vais t’attendre sagement et on reprendra là, où nous avons dû nous interrompre.

Bobby se sentit soudainement mal à l’aise comme si quelqu’un pouvait écouter leur conversation. Puis, se grattant maladroitement la gorge, il lui susurra tendrement un « je t’aime ». 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : Mar 03 Avr 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×